Visite à Baqî
Ici c’estla Médine,ville des secrets et symboles cachés dans la lumière de clair de lune d’une couleur de l’espoir ; ville ensoleillée de cordialité.
 
Ici c’estla Médine,ville d’amour, de la générosité des Ahl-ul-Bayt (les gens de la maison du Prophète), de la bonté des hommes et des femmes.
 
Ici c’estla Médine,la ville du Prophète et de Fatouma Zahra, la mère de la générosité. Ville de la prospérité et de la bravoure.
 
Ici c’estla Médine,ville de l’humanité, ville d’Abou Talib et ses enfants.
 
Ici c’estla Médine,deuxième paradis après la Mecque. Ville remplie d’odeurs des fleurs et où on écoute une mélodie retentie de l’azâne du haut des minarets.
 
Ici c’estla Médine,à partir de la mosquée du Prophète, nous prenons le chemin vers Baqî, l’un des plus saints mausolées du monde. Lieu saint dans lequel on a enterré quatre imams purifiés (de la progéniture du prophète), les femmes et les enfants du Prophète de l’islam, un grand nombre des compagnons, des martyrs et des savants.
 
Ici c’est Baqî,une place qui contenait une fois des arbres et plusieurs racines, et autre fois des sculptures étendus à terre, mais aujourd’hui.
 
Ici c’est Baqî,une place lumineuse et valeureuse située dans l’enceinte de la Médine (le paradis). Avec les visiteurs de la tombe du Prophète, nous allons entrer maintenant à Baqî. Actuellement les visiteurs ont droit d’y entrer deux fois chaque jour à tour de rôle. Après la prière de l’aube (Soubh) et après la prière de l’après midi (Ansr).
 
(****)
 
Parmi les premiers Ansars qui furent enterrés à Baqî, on a Assad ibn Dharârah, et parmi les Muhâjirunes c’est Ousmane ibn Mazh-un. Et Ibrahim fils de l’envoyé de Dieu est aussi enterré dans ce cimetière. Ensuite les habitants de la Médine s’étaient intéressés d’y enterrer les chefs de leurs tribus. C’est ainsi que chaque tribu de la Médine avait coupé des arbres et aménagé une place pour l’enterrement. Peu à petit, les gens ont abandonné l’ancien cimetière de la Médine qui s’appelait « Banou Salma et banou Harrâm ».(***)En ce qui concerne les vertus de Baqî, on trouve plusieurs hadiths qui ont été rapportés de l’envoyé de Dieu, tel que : « Soixante dix milles personnes seront ressuscitées à Baqî, leurs visages apparaîtront comme une lune à quatorze côtés ». Et dans un autre hadith, il a dit : « Soixante dix milles personnes seront ressuscitées à Baqî, leurs visages apparaîtront comme une lune à quatorze côtés, et elles seront entrés au Paradis sans jugement ».(***) L’histoire des tombes des imams montre que le cimetière de Baqî était clôturé d’un mur et avait des serviteurs, des gardiens et des caisses. Mais cette clôture fut détruite en l’an 1344 de l’hégire.(***)Quatorze siècles passés, l’état de Baqî a changé complètement. Malgré cela, on peut toujours remarquer l’ordre et le nombre des tombes comme il est mentionné dans les récits des historiens. Par exemple les tombes de toutes les personnes apparentées au Prophète se trouvent dans la partie Ouest de Baqî, et les tombes des quatre imams, d’Abbas et de Fatouma bint Assad se trouvent dans un même côté ; celles d’un groupe des épouses de l’envoyé de Dieu sont dans une même place, et ses filles sont enterrés aussi dans un endroit précis. De même suivant les écrits des historiens et chercheurs, on peut dire qu’il existait plusieurs maisons et ruelles à Baqî.
 
(****)
 
La porte de Baqî s’orientait vers la mosquée du Prophète (pbsl). Nul doute, l’envoyé de Dieu entrait dans le cimetière par cette porte.(***)
 
A l’époque, Baqî avait quelques sommets, mais après plusieurs siècles passés, ces derniers ont disparus. Baqî fut un souvenir pour l’envoyé de Dieu, car il se rappelait de lien qui le lier avec ceux qui y étaient enterrés.
 
Le Prophète personnifiait toujours l’effort et le sacrifice de ses compagnons qui étaient enterrés à Baqî, il ne cessait de les louer.(****)Ici c’est Baqî,nous sommes stationnés sur le lieu où se stationnaient autre fois les pieds du Prophète. Nous adressons des bénédictions aux martyrs et à ceux qui sont endormis dans ce lieu. Nous nous rappelons de l’époque de leur sacrifice, une époque que l’histoire a conservé soigneusement.(****)
 
A l’entrée du cimetière, à droite, on trouve plusieurs tombeaux dont on ne connaît pas l’identité des leurs propriétaires. Cependant c’est qui sûr, c’est un endroit où sont enterrés les Ansars et les Muhâjirounes qui avaient après l’époque de l’imam Sadeq (psl).(****)
 
Dans cet endroit, il existe six tombeaux sur lesquels on a posé des pierres, et non loin à côté, on y trouve quatre autres. Ces derniers appartiennent aux quatre descendants de l’envoyé de Dieu. On trouve également deux autres tombeaux à côtés de ces quatre, l’un d’eux appartient à Fatouma bint Assad, la mère de Ali ibn Abi Talib, et l’autre appartient à Abbas l’oncle de l’envoyé de Dieu.(***)Fatouma bint Assad éleva le Prophète de l’islam dès le bas âge (de 8 à 25 ans), elle lui accordait toute l’affection d’une mère. Il est dit que lorsqu’elle quitta ce monde, c’est l’envoyé de Dieu lui-même qui l’avait enterrée avec ses propres mains. Le tombeau d’Abbas l’oncle du Prophète se trouve devant les tombeaux des imams purifiés. Abbas qui était riche, avait dépensé toute sa richesse pour l’islam et il fut le porte-parole de l’envoyé de Dieu lors du troisième rassemblement de Anqaba.(****)
 
Le premier imam à être enterrer à Baqi, c’est l’imam Hassan Mojtaba. Ecoutons bien, le murmure d’Ali se fait entendre à côté de la tombe de Fatouma Zahra (paix sur elle), son épouse. Regardons bien, leurs enfants, Zaynab, Hassan et Hussein (pieds nus) sont entrain de suivre la dépouille mortelle de leur mère.(****)Enlevez donc vos chaussures, car cela a besoin de l’affection, de la rigueur et du savoir. Asma la fille de Umays versait de l’eau dans l’enceinte de Baqî alors qu’Ali avait posé sa tête sur le mur, au moment où le ciel tremblait. Ali enleva son turban et ses chaussures. Est-ce que vous ne voulez pas faire comme l’époux de Fatouma ?(****)
 
Ça c’est le tombeau de l’imam Hassan (psl), l’étranger et l’opprimé de la Médine et de Koufa (en Irak), le prince des jeunes du Paradis (avec son frère Hussein), il avait accompagné son père dans les guerres de Seffine et de Nahrawâne. Regardez bien, ses frères Hussein et Aboul Fazl Abbas, pieds nus, accompagnent la dépouille mortuaire de ; ses sœurs Zaynab et Ummu al Kulçum, elles aussi sont venues pieds nus. Ne voulez vous pas marcher comme Zaynab ?(****)
 
Le Prophète accordait beaucoup d’affection à l’imam Hassan, jusqu’à tel point que les gens avaient commencé à contacter ce dernier pour intercéder en leur faveur auprès de l’envoyé de Dieu. Il est même écrit que lorsqu’Abou Soufiane avait voulu demander pardon au Prophète, tout le monde l’avait abandonné, il était venu à Médine et avait contacté l’imam Hassan afin d’intercéder en pour lui auprès du Prophète, mais Fatouma Zahra (paix sur elle) avait refusé en disant : « Mon fils est encore petit ». Il est mentionné également dans les livres d’histoires qu’il y avait un homme à Médine coupables des péchés à l’encontre de l’envoyé de Dieu (pbsl), et il voulait demander pardon mais ne parvenait pas à le faire. Un jour, il était venu attendre longuement l’imam Hassan (psl) dans la rue afin d’intercéder auprès du Prophète en sa faveur. A la fin, le Prophète fini par lui pardonner.
 
De ce côté là, il y a une pierre noire, c’est le tombeau de l’imam Sadjad (Zaynul Abedine), fils de l’imam Hussein. Lors de la tragédie de Karbala, il fut très malade, mais était sorti de sa tente et voulait aller voir le lieu d’affrontement qui s’était transformé en un abattoir.(*****)Il appelait sa tante Zaynab en disant : « Vois-tu aussi ? C’est Djibril qui est venu assister au deuil de mon père ».(****)Après la captivité, il retourna à Médine où il commença à parler aux gens avec chagrin. Ne voulez vous pas marcher à Baqî, sans chaussures ?(****)Lors de la tragédie de Karbala, l’imam Sadjad n’avait que 20 ans, on dit qu’il ressemblait beaucoup à son grand père Ali ibn Abi Talib (psl). Il est rapporté que l’imam était très dévoué et accomplissait beaucoup des prières, jusqu’à tel point son corps avait changé de forme. Il n’avait pas d’égal dans la philosophie et dans l’invocation.(****)Au moment de l’incident de Harrah, les combattants de Yazid l’avaient épouvanté, mais ils n’avaient pas eu l’audace de pénétrer dans sa tente. Le troisième tombeau appartient au cinquième imam, Mohammad al Baqer, l’héritier de la science du Prophète. L’imam Baqer (psl) fut le plus pieux et le plus savant de son époque. Lors de la tragédie de Karbala, il était encore petit lorsqu’il fut conduit à pieds, avec d’autres enfants, en captivité vers la Syrie. Et durant toute sa vie, il relatait l’histoire et propageait toujours la culture d’Achoura, et il avait répandu l’océan de la science pour assouvit la soif des pauvres. Avec la science qu’il avait hérité de son père et de son grand père, l’envoyé de Dieu, l’imam Baqer (psl) forma et éduqua un grand nombre des savants et d’élèves.
 
A l’époque de cet imam, la propagation de la science avait connu son apogée, et c’est grâce à cela que l’imam Sadeq (psl) avait pu enseigner et encadrer des milliers d’étudiants. (****)
 
Le quatrième tombeau appartient à l’imam Sadeq, un imam dont la réputation est connu dans le monde musulman ainsi que dans d’autres religions. Ce dernier avait porté une grande contribution concernant la dispensions des sciences. Propagateur des sciences, l’imam Sadeq est le père de l’école juridique chiite appelé « Djafarite, Imamite, ou Duodécimain ». Les savants de tous les coins du monde ont profité de l’art et des sciences de cet illustre imam, ils lui accordent un profond respect pour cela. Mais vous ici, vous n’avez pas le droit de vous approcher même à quelques mètres de son tombeau.(****)L’histoire de ses causeries avec les philosophes de l’époque, et les récits des sciences qu’il dispensait et l’éducation qu’il donnait aux étudiants et aux grands jurisconsultes de son temps, suffisent pour définir sa personnalité.
 
L’une des plus importantes questions concernant Fatouma Zahra la fille du Prophète, est que son tombeau est resté caché. Et il y a une grande divergence entre les récits sunnites et les récits qui ont été rapportés par les chiites concernant l’endroit de son enterrement.(*******)Cependant la chose la plus importante, est qu’avant de quitta ce monde, Fatouma Zahra (paix sur elle) avait insisté et laissé un testament pour qu’elle soit enterrée dans la nuit.(*****)
 
D’après certains récits qui ont été rapportés de l’émir des croyants, on versa de l’eau sur quarante tombeaux après son enterrement, et on creusa sept autres avec une même forme, afin que l’endroit de l’enterrement ne soit pas retrouvé. C’est ainsi que le tombeau de Fatouma est resté caché jusqu’à ce jour. Certains supposent que la fille du Prophète (paix sur elle) fut enterrée soit dans le cimetière de Baqî, ou à l’intérieur de sa maison. Par contre, d’autres croient qu’elle fut inhumée dans la mosquée du Prophète ou entre celle-ci et sa maison. Chaque pèlerin chiite venant de n’importe quel coin du monde, lorsqu’il entre dans la ville de Médine, après avoir visité la mosquée du Prophète et y accomplis une prière ; visité les tombeaux des saints imams et des membres de la famille du Prophète ; est résolu de visiter l’endroit appelé « Baytu al Ahzâni » dans l’espoir de visiter la tombe de Fatouma, s’il est présumé de la retrouver dans un autre endroit.(*****)
 
Selon plusieurs récits, il n’y a aucun doute que « Baytu al Ahzâni » se trouvait à l’intérieur de Baqî. Tous les historiens, sans exception, affirment que ce dernier se trouvait au côté sud du cimetière, plus précisément à côté des tombeaux des saints imams. Dans l’entrée principale, en face, il existe aussi d’autres tombeaux des grandes figures. Nous allons les visiter maintenant.
 
Les tombeaux ci-après appartiennent aux trois autres filles de Khadidja, il s’agit de Zaynab, Rouqiya et Ummul Kulçum. A la mémoire de l’envoyé de Dieu pour ses filles bien-aimées, les pèlerins récitent la sourate al Fâtiha. L’âge des filles du Prophète n’avait pas dépassé trente ans. Ummul Kulçum fut la première a quitter ce monde, ensuite Rouqiya et enfin Zaynab. Fatouma Zahra était la plus petite de toutes ses sœurs, elle était le quatrième enfant du Prophète. Ummul Khulçum décéda après la bataille de Badr, Rouqiya également décéda en l’an 5 ou 6 de l’hégire, après la bataille de fossé (Khandak). Et quand à Zaynab leur grande sœur, celle-ci était décédée dans une autre circonstance.
 
Lorsque le verset interdisant aux musulmans de se marier avec les polythéistes fut révélé, Zaynab s’était séparée de son mari Aboul Ans, et avait rejoint son père l’envoyé de Dieu à Médine. Lors de la guerre de Badr, Aboul Ans fut pris en captivité par les combattants musulmans. Mais Zaynab qui l’aimait beaucoup, paya une rançon pour sa libération.
 
Libéré par Zaynab, Aboul Ans répartit à la Mecque, mais il retourna ensuite à Médine pour rejoindre sa femme. Après quelques jours passés, l’envoyé de Dieu (pbsl) les réunit pour une seconde fois. A quelques mètres, il y a les tombeaux des épouses du Prophète.
 
D’après les récits historiques, les épouses de l’envoyé sont enterrées à la porte de la maison d’Anqil, une maison qui se trouvait à côté de Baqî. Ceci ne signifie pas qu’elles étaient inhumées à l’intérieur de la maison. La maison d’Anqil était très étroite et méprisable. Et après la première destruction du cimetière, les tombeaux s’étaient rapprochés des maisons. C’est par là qu’on a commencé à supposer que les épouses du Prophète étaient enterrées à l’intérieur de la maison d’Anqil.(*****)A quelques mètres d’ici, on trouve les tombeaux de Nâfeh, de Malik ibn Anas, le père de l’école juridique appelée « Malikiyya », et du serviteur d’Abdullah ibn Oumar au côté gauche.
 
De même derrière les tombeaux des épouses de l’envoyé de Dieu et celui d’Anqil ibn Abi Talib (le frère de l’imam Ali), se trouvait les tombeaux d’Abdullah ibn Mass’oud et de Hadad ibn Aswad, mais de nos jours il n’existe plus de trace de ces derniers.(*****)Ces deux grands compagnons du Prophète furent parmi les défenseurs de l’imam Ali. Abdullah ibn Mass’oud fut l’un des plus grands compagnons à avoir mémorisé et rassemblé le Saint Coran, il avait aussi une lecture particulière du Livre saint.(*****)Ibn Mass’oud peut être le plus proche compagnon qui avait la sympathie du Prophète après Ali. Le Prophète l’aimait beaucoup et l’avait même autorisé, excepté les moments exceptionnels, d’entrer dans sa maison sans avoir une autorisation au préalable. Il est rapporté de ce compagnon que : « Moi, j’avais appris soixante dix sourates, seul, directement du Prophète. A cause de ma dévotion, il n’y a pas de compagnons qui avait eu cette faveur comme moi ».(******)
 
A côté des tombeaux des épouses du Prophète, on trouve ceux d’Anqil ibn Abi Talib et d’Abdullah ibn Djafar Tayyar. Anqil fut enterré dans sa maison. Il était aveugle et pauvre. Dans son enfance, il était très attaché à son père Abou Talib. Lorsque la sécheresse avait frappé la Mecque, le Prophète de Dieu et Abbas s’étaient rendit auprès d’Abou Talib pour lui demander de leur donner deux de ses enfants, afin de lui alléger la charge. Abou Talib avait donné Ali au Prophète, et Djafar à Abbas. Mais il avait refusé de laisser partir Anqil, car ce dernier était aveugle. Abdullah ibn Djafar était donc le neveu de l’imam Ali. Abdullah ibn Djafar s’était marié avec Zaynab la fille de l’imam Ali, et ils avaient eu quatre enfants qui, certains parmi eux étaient morts en martyrs lors de la tragédie de Karbala. Abdullah ibn Djafar était un proche et suivait le Prophète partout où il allait. Lorsqu’ils se promenaient, Abdullah se plaçait toujours devant et s’ils devaient entrer dans un endroit, c’est lui entrait avant et sortait après le Prophète. Le tombeau de Ibrahim fils de l’envoyé de Dieu se trouve à côté de celui de Malik ibn Anas. Sa mère s’appelait Marie, une égyptienne. Non loin de la tombe de Ibrahim, au Sud-est, on trouvait les tombeaux de quelques grands compagnons de l’imam Ali (psl) tels que : Ousmane ibn Mazh’oune, Assad ibn Zurarah, Hussein ibn Huzzâqah et certains « Tabiyyines » célèbres. Malik Ashtar aussi, l’un des compagnons, fut enterré dans cet endroit. Il n’existe plus des traces sur les tombeaux de ces hommes de Dieu.(******)
 
Plus haut encore, entre le tombeau d’Ibrahim fils du Prophète et les tombeaux des martyrs de la bataille d’Ohod, on trouve les tombeaux des martyrs de l’incident de Hourrah. Deux ans après le martyre de l’imam Hussein (psl), les habitants de la Médine s’étaient soulevés contre Yazid le despote et avaient le contrôle de la ville. Mais celui-ci envoya un bataillon de son armée pour venir massacrer les révoltés. Beaucoup des gens qui éprouvaient de l’affection pour l’imam Ali ibn Hussein, Zaynul Abedine (psl) s’étaient mobilisés pour aller assumer sa protection.
 
L’un des honorables tombeaux de Baqî est le tombeau de Halima bint Sa’diyya qui se trouve au Nord-est du cimetière. Cette dame avait allaité le Saint Prophète lorsqu’on le lui avait confié pour l’amener avec elle dans le désert.
 
Pendant quatre années, elle avait gardé le Saint Prophète chez lui, elle fut vraiment une bonne mère pour lui. La présence du Prophète chez Halima, avait rendu cette famille fortunée. Quel est le plus grand honneur que d’être la nourrice de la meilleure des créatures de Dieu !(*****)
 
Un peu plus haut de la tombe de Halima, on trouve les tombeaux de Abou Saîd Khoddari et de Sa’d ibn Ma’anz, deux grands compagnons du Prophète (pbsl). Dès l’âge de 15 ans, Abou Saîd, un ansar accompagnait déjà l’envoyé de Dieu dans toutes les batailles. La première bataille dans laquelle il avait prit part, c’était la bataille de Khandak (Fossé).
 
Quant à Sa’d ibn Ma’anz, il fut l’une des grandes figures des Aws (une tribu Ansar). Ce dernier fut blessé lors de cette bataille (Khandak) et tomba en martyre à cause de ses blessures. C’est la seule personne que l’envoyé de Dieu avait accordée la mission de juger les Banou Qouraydha (une tribu des juifs qui habitait à Médine), à cause de leur trahison, selon le Livre de Dieu. Les sunnites croient que Fatouma bint Assad est enterrée dans cet endroit. La tombe de Ousmane se trouve aussi à peu près dans le cimetière de Baqî.(******)
 
Plusieurs autres compagnons du Prophète ont été enterrés dans ce cimetière, mais malheureusement nous n’avons aucune trace de leurs tombeaux.Ici c’est Baqî,centre du ciel et de la terre, l’endroit dans lequel repose (Fatouma Zahra) la mère des princes des jeunes du Paradis, mais où précisément ? L’angoisse, la rancune de plusieurs années dans les sanglots. Vous allez rentrer maintenant et vous allez dire à l’envoyé de Dieu que : « Regardes, ce qu’ils ont fait de tes enfants ». Cependant il faut savoir que Ali (psl) fut le premier opprimé après le décès de l’envoyé de Dieu. Il avait tenu les mêmes propos au moment de l’enterrement de sa chère épouse : « Ô Prophète de Dieu, celle-ci est ta fille que je vais enterrer maintenant. Demandes lui toi-même de ce qui s’est passé.
 
Ici c’est Baqî
 
Que la paix soit sur vous