عنوان مجموعه:Ahlul bayt
تعداد بازديد:211
تعداد نظرات:0

L'IMAM SADEQ (as) DECRIT PAR ABOU HANIF, IBN TAYMIYA ET MALIK BN ANAS

La meilleure des grandeurs d'un hommme, c'est lorque ses adversaires reconnaissent et vantent ses qualites.
Ici des leaders de l'Ecole Sunnite, comme Abu Hanifa, Ibn Taymiya et Malik, parlent de l'Imam Sadeq (as) et reconnaissent ses vertus de maniere claire et limpide.
Abu Hanifa disait de lui : "Je n'ai pas vu plus savant que Ja'far Ibn Muhammad."
Ibn Taymiyya dit de lui : « Quant à l'imam juste, il ne dit et ne suit que la vérité. Celui qui veut suivre ce qui est rapporté de façon sûre du Prophète, de ses successeurs califes, de ses compagnons, des imams parmi ses proches - tels les imams 'Ali Ibn Husayn Zayn al- Abidin, son fils l'imam Abu Ja'far Muhammad Ibn 'Ali al-Baqir; et son fils l'imam Abû 'Abdallah Ja'far Ibn Muhammad as-Sadiq, le maître des savants de la communauté - à l'exemple de Malik Ibn Anas, Thawri et leurs pairs,  trouvera tout cela en accord avec les fondements (usûl) de la religion »  [1]
Abû Hanifa raconte que le calife abbasside al-Mansûr lui demanda de rédiger un certain nombre de questions épineuses à  poser à l'imam Ja'far, ce qu'il fit.
Abû Hanîfa raconte : « Je suis entré et j'ai trouvé l'imam Ja'far assis à la droite du calife. Lorsque je l'ai regardé, une grande timidité me prit face à l'autorité morale et au très grand respect que dégageait sa personne, chose que je n'avais jamais  prouvée face au calife al-Mansûr. je le saluai, il me répondit et je me suis assis. Le calife, se tournant vers Ja'far, lui dit :
"Voici Abû Hanifa !" Puis il se tourna vers moi et me dit : "Ô Abu Hanifa, pose à Abû 'Abdallâh (c'est-à-dire Ja'far) des questions !" Je lui ai alors posé des questions, et il me répondait en disant : "Chez vous, vous répondez par telle chose, les Médinois disent plutôt telle autre chose, quant à moi, voici mon avis." Parfois il était du même avis qu'une autre école, mais
d'autres fois, il avait un avis complètement différent. Je lui posai quarante questions. À la fin, je lui dis :  "Le plus savant des gens est celui qui connaît les divers avis et les raisons des divergences." » [2]
Selon l'imam Malik : « Je le voyais très souvent. Il plaisantait et souriait beaucoup. Mais lorsqu'on faisait mention en sa présence du Prophète, il devenait blême. Je ne l'ai jamais vu réciter (à son auditoire) des hadiths sans qu'il soit en état 
d'ablutions » (...) [3]
 
Notes :
[1] Ibn Taymiyya, Kitâb Jâmi' al-masa'il
[2] Abu Zahra, Tarikh
[3] Abu Zahra, al Imam Sadiq