Nucléaire: l'Iran se laisse-t-il faire chanter??

IRIB- «La République islamique d’Iran respecte les adeptes de toutes les religions, dont les Juifs. Ceci dit, les positions anti-sionistes de l’Iran n’ont rien à voir avec le Judaïsme et les Juifs, mais sont une réaction à l’occupation, aux crimes et au terrorisme d’Etat», a déclaré Mme Afkham.
Réagissant aux récents propos du Président des Etats-Unis, Barack Obama, qui a accusé l’Iran d’anti-sémitisme et d’expansionnisme, la Porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Marziyeh Afkham, a déclaré, samedi, que, contrairement aux fausses prétentions des responsables américains et de leurs alliés, en Europe et au Moyen-Orient, l’Iran n’est pas un élément déstabilisateur, mais la source de la stabilité et de la sécurité, dans la région. Dans une interview accordée à Jeffrey Goldberg, journaliste du magazine américain «Atlantic», le Président Barack Obama avait accusé l’Iran d’expansionnisme régional. Il a annoncé que la Maison Blanche augmenterait le coût que l’Iran devrait payer, pour ses prises de position, non seulement, pour ses positions anti-sémites, mais aussi, pour ce qu’il a appelé les «idéaux expansionnistes» des Iraniens. Il faut rappeler que, récemment, dans une autre interview avec le quotidien "Ash-Sharq al-Awsat", le président des Etats-Unis avait accusé l’Iran d’être un élément déstabilisateur, au Moyen-Orient, en prétendant que Téhéran soutenait des groupes terroristes. Il est évident que les définitions que le Président Barack Obama présente du terrorisme et de l’expansionnisme sont très différentes de ce que l’on entend par ces concepts, à Téhéran. Mais le Président Obama accuse l’Iran de déstabiliser la région et de soutenir le terrorisme, alors que, chaque jour, de nouveaux documents sont révélés, sur le rôle direct ou indirect des Etats-Unis, dans la genèse et l’apparition des organisations terroristes, comme Daesh. 
C’est sur la base de ces réalités que la porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a, vivement, réagi aux déclarations du Président Obama. «Le projet de l’iranophobie est un instrument, au service de l’aggravation des crises et de l’incitation à la haine, dans la région», a déclaré Mme Marziyeh Afkham, en ajoutant qu’on dirait bien que les dirigeants des Etats-Unis veulent suggérer l’impossibilité de faire confiance aux Iraniens et que ce serait la raison d’un échec éventuel des négociations nucléaires entre Téhéran et les grandes puissances. Mme Afkham a ajouté que, pour réaliser un tel plan, les responsables de la Maison Blanche falsifient les réalités et présentent leurs interprétations irréalistes et illusoires d’une réussite ou d’un échec éventuel du processus du dialogue nucléaire. 
C'est ainsi que le Président Obama veut cacher, d’une part, les vrais buts de ses interventions, au Moyen-Orient, c’est-à-dire, l’aggravation des crises, afin d’anéantir la souveraineté des Etats de la région et de les diviser. Et de l’autre, le but de Washington est d’envenimer l’ambiance des négociations nucléaires, afin d’arracher des concessions à la partie iranienne.